Frontière de l’Euphrate-Les Parthes sous l’empire-Rubrique du portail Roma Latina

8,90 

Le seul grand Etat qui fut limitrophe de l’empire romain était l’empire de l’Iran1, habité par le peuple qui était connu surtout, autrefois comme aujourd’hui, sous le nom de Perses, et qui avait été formé en une unité politique par l’ancienne dynastie des Achéménides dont le premier grand roi fut Cyrus, tandis que l’unité religieuse y était assurée par le culte d’Ahoura Mazda et de Mithra. Aucun des peuples civilisés de l’antiquité n’a résolu si tôt ni si complètement le problème de l’unification nationale. Au Sud, les tribus iraniennes atteignaient les côtes de l’Océan indien; au Nord, elles s’étendaient jusqu’à la mer Caspienne; vers le Nord-Est, les steppes de l’Asie centrale étaient sans cesse le champ de bataille entre les Perses sédentaires et les Touraniens nomades. A l’Est, de puissantes chaînes de montagnes séparaient les Iraniens des peuples de l’Inde. L’Asie occidentale avait été envahie de bonne heure par trois nations, qui s’y étaient rencontrées: les Hellènes, venus d’Europe et maîtres des côtes de l’Asie Mineure; les tribus araméennes, originaires d’Arabie et de Syrie, qui s’étaient avancées vers le Nord et le Nord-Est, et qui occupaient en grande partie la vallée de l’Euphrate; enfin, les peuples de l’Iran, qui non seulement atteignaient le Tigre, mais qui avaient même conquis l’Arménie et la Cappadoce, soumettant et anéantissant les populations primitives de ces vastes contrées, issues d’un autre peuple. (Téléchargement du livre numérique/ebook sous le format pdf via votre boite courriel/email : simple et rapide)

Catégories : , , , , Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Description

Le seul grand Etat qui fut limitrophe de l’empire romain était l’empire de l’Iran1, habité par le peuple qui était connu surtout, autrefois comme aujourd’hui, sous le nom de Perses, et qui avait été formé en une unité politique par l’ancienne dynastie des Achéménides dont le premier grand roi fut Cyrus, tandis que l’unité religieuse y était assurée par le culte d’Ahoura Mazda et de Mithra. Aucun des peuples civilisés de l’antiquité n’a résolu si tôt ni si complètement le problème de l’unification nationale. Au Sud, les tribus iraniennes atteignaient les côtes de l’Océan indien; au Nord, elles s’étendaient jusqu’à la mer Caspienne; vers le Nord-Est, les steppes de l’Asie centrale étaient sans cesse le champ de bataille entre les Perses sédentaires et les Touraniens nomades. A l’Est, de puissantes chaînes de montagnes séparaient les Iraniens des peuples de l’Inde. L’Asie occidentale avait été envahie de bonne heure par trois nations, qui s’y étaient rencontrées: les Hellènes, venus d’Europe et maîtres des côtes de l’Asie Mineure; les tribus araméennes, originaires d’Arabie et de Syrie, qui s’étaient avancées vers le Nord et le Nord-Est, et qui occupaient en grande partie la vallée de l’Euphrate; enfin, les peuples de l’Iran, qui non seulement atteignaient le Tigre, mais qui avaient même conquis l’Arménie et la Cappadoce, soumettant et anéantissant les populations primitives de ces vastes contrées, issues d’un autre peuple.

Vous aimerez peut-être aussi…