Publié le

La France sous les Carlovingiens (Carolingiens) (de 687 à 887)

Triple caractère de cette période Le pape Léon III place la couronne impériale sur la tête de Charles L’empire des Mérovingiens, arrivé à son apogée sous Dagobert, s’était après lui dissous entre les mains incapables des rois fainéants. Mais sur les bords du Rhin, au milieu des Francs Ripuaires, s’élevait une famille qui, par ses richesses territoriales, sa nombreuse clientèle et la sainteté de quelques-uns de ses membres(1) s’était placée au-dessus de tous les grands de l’Austrasie. Ses chefs avaient possédé héréditairement la mairie pendant le huitième siècle. Deux d’entre eux; Martin et Pépin d’Héristal, avaient même pris le titre (suite…)
Publié le

La France sous les Mérovingiens (de 486 à 687)

Formation de la monarchie franque sous Clovis Victoire de Soissons (486) Clovis et Clotilde, vue d’artiste d’Antoine-Jean Gros, Paris, Petit Palais, 1811 Clovis ne possédait que quelques districts de la Belgique avec le titre de roi des Francs canton nés aux environs de Tournay (Tournai). Cinq ans après, uni à Ragnacaire, chef des Francs de Cambrai, il défit à Soissons Syagrius et soumit tout le pays jusqu’à la Loire (486). Ce fut la fin de la domination romaine en Gaule; depuis dix ans, elle s’était écroulée en Italie. Un chef hérule, Odoacre, avait déposé en 476 le dernier empereur romain. (suite…)