Publié par

Démembrement, décadence et chute de l’empire des arabes (755-1058)

Avénement des Abbassides (750) et fondation du khalifat de Cordoue (755) En 732, quand Charles Martel fit rebrousser chemin à l’invasion arabe, il y avait juste un siècle que Mahomet n’était plus; en cent ans les Arabes s’étaient étendus, comme un géant qui ouvre les bras, de l’Indus aux Pyrénées. Pour fixer des limites plus exactes, leur empire atteignait, à l’Est, l’Indus et la vallée de Caschmir; — au Nord, les steppes du Turkestan, la Caspienne, le Caucase, que l’islamisme franchissait même déjà, puis une ligne oblique tirée de la pointe orientale de la mer Noire jusqu’à Tarse, et au (suite…)
Publié par

L’empire des arabes (622-1058)

L’Arabie Il faut passer des forêts et des fleuves du Nord de l’Europe aux sables et aux déserts du Sud de l’Asie; du pays des nuages, des pluies, des végétations humides, à celui du soleil brûlant, du simoun qui consume et asphyxie, des plantes sèches et aromatiques. Les hommes aussi sont différents. Un peuple sobre de corps et d’esprit, d’un tempérament sec et ardent, ne voyant que le but et y courant tout droit, habitué à sillonner le désert avec la rapidité de la flèche, parce qu’on ne s’arrête pas impunément dans le désert, et qu’entre le point de départ (suite…)
Publié par

L’Egypte

Limites de l’Egypte L’Egypte est une vallée de 880 kilomètres de longueur, resserrée au Sud entre deux chaînes de montagnes granitiques qui ne laissent parfois que quelques centaines de mètres entre leur pied et le bord du fleuve, mais qui s’écartent et finissent par disparaître en avançant vers le Nord. De ce côté, l’Egypte est bornée par la Méditerranée; au Sud, ses limites étaient peu certaines. Ce ne fut sans doute qu’après de longues guerres entre les rois d’Egypte et d’Ethiopie, que la frontière fut décidément fixée aux cataractes de Syène. A cet endroit, des rochers embarrassent le lit du (suite…)